Vos déplacements


En préambule au rappel des moyens existants pour faciliter vos déplacements avec votre enfant, je vous invite à lire le témoignage de Cathy qui illustre encore une fois les difficultés que nous pouvons rencontrer au quotidien. Malheureusement, j'imagine très bien la scène ...

Sans cette carte d'invalidité attribuée par la MDPH, il nous est arrivé de faire le trajet en TGV avec Kemil assis dans sa poussette dépliée entre 2 wagons (près des toilettes). Confort assuré !

 

Accès rapide aux différents thèmes:

- Le jour où j’ai découvert le service Accès Plus de la SNCF

- Sollicitation plus assidue du service Accès Plus

- La SNCF

- L'avion

- Le transport scolaire


Le jour où j’ai découvert le service Accès Plus de la SNCF

Trop enthousiaste à l’idée d’aller au mariage de ma meilleure amie d’enfance, j’avais entrepris d’aller seule avec mon fils à Strasbourg par le train.
A cette période, mon fils avait des traits autistiques envahissants et était frustré par nombre de bruits, de changements dans ses habitudes.


Le voyage aller, je n’avais fait aucune démarche particulière et ce fut très difficile en TGV plus de 4 heures avec un enfant qui ne cesse de hurler et des voyageurs qui n’hésitent pas à soupirer en vous regardant. J’avais juste envie de pleurer et de m’enfuir comme une petite souris.


Après le mariage, j’étais déjà angoissée à l’idée de réitérer le voyage en train sachant d’avance que ça allait être dur avec mon fils qui n’arriverait pas à s’endormir et hurlerait en continu.


Manque de chance, ce matin là, je loupe le train pour la première fois de ma vie. Il faut noter que c’était le seul train direct Strasbourg-Nantes de la journée. Youpiiii !! Et mon amie fraîchement mariée devait partir en voyage de noces le jour même donc il était impossible de rester à Strasbourg. J’étais absolument mortifiée car en plus, mon billet était non remboursable et non échangeable.


Je suis allée au guichet pour expliquer la situation et je suis tombée sur un charmant guichetier qui a pris son temps pour nous aider et trouver la solution la plus satisfaisante. Je lui avais expliqué que mon fils est handicapé et qu’avec mes grosses valises, il m’était impossible de faire une halte à Paris (ce qui voulait dire : arriver à Gare de l’Est à Paris et faire le trajet en métro avec enfant et valises sous les bras jusqu’à la Gare de Montparnasse).

ABSOLUMENT IMPOSSIBLE à envisager...

Le guichetier me demande si j’ai la carte d’invalidité pour mon fils et heureusement, je la conserve toujours sur moi.


Il m’a alors appris que j’avais droit à 50% de remise sur mon billet de train en tant qu’accompagnant (Chouette pour 50 euros de moins, ça fait une différence) et qu’en plus, cerise sur le gâteau, il existe un service d’aide en gare pour les personnes handicapées.


Il me valide mon billet de train (avec un transit par la Gare de Roissy Charles de Gaulle mais il n’y aura qu’à changer de quai pour le prochain train vers Nantes…ouf ! C’est déjà beaucoup mieux que d’envisager de prendre le métro) et m’oriente vers le service « accès plus ».


Normalement il faut organiser son voyage avec accès plus 48 heures à l’avance mais là, ils ont tout organisé dans l’urgence pour nous et ont contacté les gares de Roissy Charles de Gaulle et de Nantes.

Les agents du service accès plus m’ont gardé mes valises pour que je puisse sortir faire un tour avant d’aller dans le train. J’avais la possibilité d’aller quand je le souhaitais dans le train car celui-ci était au départ de Strasbourg donc déjà en gare. Du coup, les agents m’ont accompagnée jusqu’au train avant même que le numéro de quai soit affiché donc on était seuls dans le train et j’ai pu donner à manger à mon fils et lui changer sa couche en toute tranquillité.


En gare de Roissy, les agents d’accès plus étaient prévenus de notre arrivée et étaient déjà devant la porte quand le train s’est immobilisé. Les personnes ne nous laissant pas descendre, les agents obligent les passagers à s’arrêter et à nous laisser passer. Il y avait 2 agents, un portait mes valises et l’autre poussait la poussette de mon fils. Ils ont même forcé le passage au niveau des ascenseurs car les passagers encore une fois ne laissaient pas passer. Toute seule cela aurait été un enfer et je n’aurais jamais osé m’imposer (de fatigue, d’angoisse et autres…).


Ils m’ont fait attendre dans le hall et sont venus me chercher pour m’orienter vers le prochain quai. Là encore une aide précieuse, quelqu’un qui pousse le chariot de valises. Puis, ils installent les valises dans le compartiment avant de redescendre.


Une panique m’envahit, ce train vers Nantes est à l'étage et la poussette et les valises sont rangées à l’étage. Comment vais-je faire ??


Les agents me rassurent en me disant que d’autres agents de Nantes sont prévenus de notre arrivée et qu’ils viendront m’aider à tout descendre. Même si le train n’a que 5 minutes d’arrêt, le train attendra car les agents sont toujours en contact avec le personnel en gare.


Le service m’a été d’un grand secours ce jour là et j’étais beaucoup plus rassurée sachant que j’allais être aidée. Mon fils a quand même beaucoup hurlé mais le voyage a été moins stressant.

 


Sollicitation plus assidue du service Accès Plus

A partir de ce jour, j’organise toujours mes déplacements en train avec le service accès plus minimum 48 heures à l’avance. Ayant la mention tierce personne sur la nouvelle carte d’invalidité de mon fils, j’ai la gratuité du transport quand je l’accompagne.


Pour un déplacement à Paris par exemple : avant les 4 ans de mon fils, on ne payait que les frais de réservation et après ses 4 ans, il ne payait que 50% du tarif et moi, rien vu que je suis son accompagnante.


Il a un fauteuil roulant depuis plus d’un an et le service accès plus nous est indispensable maintenant car il faut une rampe d’accès ou des agents pour porter le fauteuil dans les vieux trains. Il n’y a qu’un emplacement pour le fauteuil dans un TGV en première classe d’où la nécessité de faire ses démarches le plus tôt possible. Les agents n’hésitent pas à éloigner les personnes qui se sont mises sur l’emplacement réservé. Sans les agents, ils auraient rechigné à le faire.


Ou encore les gens qui ne bougent pas leurs multiples sacs du couloir quand ils voient arriver le fauteuil. Les agents demandent gentiment … et quelques secondes plus tard ils évacuent les sacs sans ménagement.


Il est souvent très difficile de s’affirmer devant l’incompréhension et le manque de savoir vivre de certaines personnes en face de soi et ça soulage d’avoir des personnes pour nous aider à voyager plus sereinement.

 


La S.N.C.F.

Le service Accès Plus assure une prestation d'accueil et d'accompagnement des personnes handicapées.

Les enfants ne payent pas avant 4 ans.

Avec la carte d’invalidité, des avantages tarifaires sont accordés aux personnes handicapées civiles et à leurs accompagnateurs soit 50% de réduction ou la gratuité pour l’accompagnateur selon la mention « besoin d’accompagnement » ou non figurant sur la dite carte. Cependant, les taxes seront à avancer.

Pour les usagers en fauteuil, il faudra réserver les billets le plus tôt possible car une seule place est allouée pour un fauteuil dans un TGV (voiture 11, place 11) et une autre pour un accompagnateur (voiture 11, place 13).

Les tarifs des billets seront calculés sur la base d’une 2ème classe même si les places sont en 1ère classe.


N’hésitez pas à prendre contact avec le Centre de Services Accès plus.

http://www.voyages-sncf.com/guide/accesPlus/formulaire_de_demande.htm

Un conseiller prend en compte votre demande et votre besoin en matière d’accompagnement. Il procède à la réservation de votre place dans le train si vous ne l’avez pas déjà fait à un autre point de vente et enregistre la réservation de votre prestation d’accueil et d’accompagnement. Toutes ces informations sont ensuite envoyées dans chacune des gares de votre voyage pour que celles-ci puissent préparer la ou les prestation(s) d’accueil et d’accompagnement dont vous aurez besoin.

Le jour du voyage, vous êtes attendus à l’accueil de la gare munis de votre titre de transport et du bagage que vous portez. Un agent vous conduit ensuite jusqu’à votre train et vous installe à votre place. A bord du train, le contrôleur est prévenu de votre présence et veille au bon déroulement de votre voyage.
Une fois arrivés, si vous avez réservé une prestation d’accueil et d’accompagnement, vous êtes attendus par un agent qui vous conduit à la sortie ou à un point de RDV fixé dans la gare.

Si vous avez une correspondance dans la même gare, vous serez accompagnés jusqu’à votre prochain train.

 

L'Avion

Dans l’aérogare, vous pouvez bénéficier d’une aide et d’un accompagnement spécifique si vous en faites la demande auprès de votre agence de voyage.

Le Service d’Assistance aux voyages des Personnes Handicapées pour les Informations et les Réservations ou S.AP.H.I.R. facilite le voyage de la personne en situation de handicap.

La carte SAPHIR offre à son détenteur un service d’assistance qui prend en compte son handicap et lui facilite le voyage une fois qu’il arrive à l’aéroport.

Désormais, si vous comptez voyager, pensez à acquérir votre carte SAPHIR au préalable. Elle est gratuite et valable 5 ans et peut s’avérer très utile pour vous et donner droit à votre accompagnateur à des réductions non négligeables.

Pour plus de renseignements :
http://corporate.airfrance.com/fr/utiles/contacts/service-saphir/index.html

 

 

Le Transport scolaire

Tout élève handicapé qui, en raison de son handicap, ne peut utiliser les moyens de transport en commun, bénéficie d'un transport individuel adapté entre son domicile et son établissement scolaire dont les frais sont pris en charge.

Les frais de transport sont remboursés directement aux familles ou aux intéressés s'ils sont majeurs ou, le cas échéant, à l'organisme qui en a fait l'avance.

Plusieurs types de transport s'offrent aux élèves handicapés :

-le transport collectif,
-le transport individuel assuré par la famille,
-le transport individuel dans un véhicule exploité par un tiers.


Ces frais de déplacement sont pris en charge par le département (conseil général) du domicile de l'élève handicapé, quel que soit l'établissement fréquenté, dans le cadre de la scolarisation en milieu ordinaire (de droit commun).
Dans le cas d'une scolarisation dans un établissement spécialisé, la prise en charge est assurée par les organismes de sécurité sociale.