Notre Vie Associative

Making of de la BD "Tous différents mais ensemble"


 


Comment est né ce projet avec l'école de ta commune ?

En fait comme je fais partie d’une association qui s’appelle Jall’handy (en plus de Kemil et ses amis), je leur ai parlé de ce projet de sensibiliser les enfants sur le handicap au sein de l'école. Ils ont été d'accord, et j’ai pris rendez-vous avec le directeur de l’école Aimé Césaire pour lui proposer au départ de faire une sensibilisation au handicap avec la BD de l’asso Kemil et ses Amis comme support. Puis lors du rendez-vous avec le directeur de l’école, le projet s’est amplifié pour devenir un projet pédagogique sur plusieurs mois.

Quel était l'objectif que vous vous étiez fixé ?

Le but était d’initier une réflexion autour du handicap et de faire évoluer la vision de celui-ci dans sa globalité. On donnait les moyens d’aborder ce thème ou de l’approfondir avec les élèves par le biais d’exemples précis (la BD), voire, de l’expérimenter même lors d’une demi-journée de mise en situation (les Olympiade le 9 juin).

L’objectif final était de favoriser l’ouverture sur l’autre et l’acceptation des différences quelles qu’elles soient, et de transformer le regard des enfants sur le handicap.

Comment as-tu monté les différentes étapes - présentation, rencontre avec les enseignants, rencontre et travail avec les classes ?

Le coup d’envoi de l’opération s’est fait avec la remise de BD aux 54 élèves (une classe de CM1/CM2 et une classe de CM2.) mi-octobre.

Il y a eu une lecture commentée pendant les cours entre les élèves et leurs enseignants.

Puis il y a eu une intervention dans chaque classe de Bast, l'illustrateur de la BD, fin novembre (matinée) pour présenter son travail d’illustrateur puis un temps de paroles autour du handicap en présence de Sandra et du président de Jall’Handy.

Jusqu’à fin avril les élèves ont travaillé sur la création de leurs planches : histoire, écriture de bulles, dessin.

Mi-mai, les planches des élèves sont partis en impression pour faire des affiches et aussi pour faire imprimer leur BD dont Bast a fait la couverture.

Le vendredi 13 mai, il y a eu le vernissage de l’expo qui à duré jusqu’au 17 mai.

Comment le projet a-t-il été accueilli par l'équipe enseignante ?

Le projet à été très bien accueilli par les 2 enseignants qui l’ont mené avec leurs classes.

Comment avez-vous parlé du handicap avec les enfants ? 

Pour parler du handicap nous avions le support de la BD "c’est pas du jeu". Certains ont parlé de l’injustice vécu par les handicapés.

As-tu une anecdote à partager avec nous sur une réaction, un dessin, un échange ?

Une anecdote : quand Bast était présent et que la cloche de la récré a sonné, les enfants ont préféré rester en classe. Beaucoup ont été ravis de rencontrer Sandra... et Kemil est une star :-)

Es-tu allée avec Quentin lors de la présentation des classes ?

Oui Quentin était présent et a retrouvé certains de ses amis ; il était content.

Et pour finir, donnons la parole aux enfants de l'école 

"J’ai adoré ce projet car il nous a permis de nous intéresser à ceux dont on ne soucie pas dans notre vie de tous les jours. Ça me fait plaisir de parler des handicapés. Même si le projet a été long, je suis content de montrer aux handicapés que je peux les soutenir."
Alan

"J’ai pu découvrir durant ce projet différentes formes de handicap. La conception de la planche de bande dessinée m’a appris à être patiente. Je trouve le résultat très joli. Merci Bast et Jall’Handy !"
Anne 

"Les handicapés ne sont pas aussi différents que je le pensais."
Florent

"Ce projet m’a appris deux choses : à être patiente (le travail a été très long mais je suis assez contente du résultat) et à faire plus attention désormais aux handicapés."
Julie

"La BD m’a fait ouvrir les yeux à propos des handicapés. Maintenant, j’ai un grand respect envers eux. Ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas comme nous que l’on ne doit pas jouer avec eux. Ils ne sont pas nuls."
Mayas

"J’ai bien aimé faire cette BD. En rencontrant Bast et Sandra et les participants de Jall’Handy, j’ai bien compris ce qu’était le handicap. Je ne me moquerai jamais d’eux et qu’à un détail près, ils sont comme nous."
Loréna